« Oh, mon créateur de rêves, toi, briseur de cœurs,Où que tu ailles je te suivrai »


Ce matin là, je n’avais pas prévu de la croiser rue des Marivaux. J’étais manifestement tombé du lit à cause du stress ambiant, des dossiers sur lesquels j’avais pris un retard colossal.
Elle était là, plantée devant l’hôtel Favart avec une assurance déconcertante et des lunettes noires vissées sur le nez.
Le soleil commençait à se lever, ma montre affichait 6h du matin mais elle semblait déjà très pressée. Qui était donc cette femme à la moue boudeuse et où donc pouvait t-elle bien se rendre pomponnée de la sorte ?

Elle faisait signe de s’arrêter à un pauvre chauffeur de taxi qui allait se faire traiter de tous les noms d’oiseaux si il ne s’exécutait pas tout de suite.
En moins d’une seconde pour le dire, elle se trouva dans la voiture l’emmenant à son prochain mystère en me laissant dans le brouillard des vapeurs de la bouche de métro.

Cette femme me hanta la journée et la nuit suivante.

Le lendemain, je me levai à la même heure en espérant la croiser de nouveau.

Comme il était encore très tôt, je décidai de rentrer dans l’hôtel.
Dans le hall, au milieu des cadres accrochés au mur, elle se tenait songeuse, le regard ingénu et le port de tête d’une danseuse classique.

« Elle s’appelle Holly »  me dit François le maître des lieux .
Euh, merci mais heu…. Baffouillais-je, un peu honteux de montrer à la terre entière ma nouvelle fascination.
« Elle habite ici à l’année et fait tourner les têtes » me confia le concierge.
En effet, je n’arrivais pas à détourner mon regard.
Elle était consciente de son pouvoir d’attraction mais n’en jouait pas trop.
Juste ce qu’il fallait pour rendre un homme accro telle une araignée piégeant sa proie dans sa toile sans s’en préoccuper tout de suite, la laissant lentement mourir.

Voilà, où je me situais la deuxième fois que je vis Holly.

Je décidai de m’installer à une table, le temps de me ressaisir en continuant de l’observer.
Cette femme semblait sortir d’un film, de son film, elle en était évidemment l’héroïne et tous les autres, les personnages secondaires faisant d’elle quelqu’un de spécial.

Sa gestuelle lente et sophistiquée fascinait les hommes comme les femmes, chaque mouvement, chaque parole, chaque mimique étaient minutieusement décortiquées.

Elle était parfaite.

Ce matin là, Je partis au boulot, le cœur léger et des rêves remplis d’espoir. Je réalisais que Holly devenait mon obsession.

Le lendemain, j’espérais retrouver le même scénario que la veille.
Mais c’était sans connaitre la surprenante Holly.  Il était 6h30 du matin, aucun public pour l’admirer, mais elle se tenait prête . Dans son plus beau rôle parfaitement paré d’une sublime robe noire et verte et d’un rouge à lèvres vermillon, elle savourait un thé dans le salon de l’hôtel.

À Son regard lointain , je devinais qu’elle rentrait d’une très chic soirée surement pompeuse ou ennuyante.

Je m’installai, dans un coin et commandai un jus d’orange quand ces quelques notes retentirent à la radio.

J’observais Sally qui stoppa net ces minauderies. Son regard chercha le mien et me plongea dans son désespoir.
Je compris pourquoi j’étais là, à cet instant précis. Je bû chaque parole de la mélodie et découvris petit à petit sa détresse.

Pas besoin de parler pour la comprendre. Chaque battement de cils dévoilait une facette cachée de sa personnalité fragile.

Nous attendîmes la fin de la chanson pour baisser le regard. Elle ne pouvait plus tricher davantage avec elle-même.

Je lui lancai un petit sourire et partis vers ma journée marathon.

C’est aussi ce matin là, que je décidai de donner ma démission et de partir la trouver me retrouver.

Remerciements

Cette Story n'aurait été possible sans l'exceptionnel accueil de François Souman et de tout le personnel de la Maison Favart Paris.
Merci à Mathilde Meinier pour sa confiance, nos discussions sans fin et ses sublimes toilettes. Merci aussi à la talentueuse Johanna Braitbart pour tous les accessoires cheveux. Stella & Dot pour les bijoux.
Crédits : Merci à ma team de m'avoir rendue jolie pour ce shooting ô combien plaisant. Mathilde Hamon (Make-up Artist), Stephane Tauzy (Coiffure), Antoine Villiers (Photographe) et à Grégory Nicolaidïs pour sa participation et le reste❤️